visite guidée à Paris, Histoire de la presse parisienne

Affaire Dreyfus, assassinats, dessins moqueurs et sujets surprenants: nous vous invitons à suivre Calliopée. Durant cette balade historique à Paris vous découvrirez cette fabuleuse histoire de la presse parisienne.

C.S.E., entreprises ou tout autre groupe, nous pouvons vous proposer des dates. N’hésitez-pas contactez-nous !

UGS : N/A Catégories : ,

Ce produit sera bientôt disponible à la vente.

Visite guidée à Paris, histoire de la presse parisienne

Cette visite guidée à Paris, surprend par son histoire à l’époque où se révélait l’âge d’or de la presse parisienne.

La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle sont les témoins privilégiés du premier âge d’or de la Presse parisienne. Alors, les journalistes, éditeurs, imprimeurs et caricaturistes se rassemblent dans un quartier bien particulier des Grands Boulevards. On le surnomma parfois la République du Croissant.

Sous le Second Empire, la presse gagne d’autres couches sociales que les élites. La liberté d’informer naît avec la (loi de 1881).

Sous l’impulsion du baron Haussmann, et toujours dans le but d’embellir Paris les premiers kiosques à journaux voient le jour, le 15 août 1857. L’architecte français Gabriel Davioud, également à l’origine du théâtre du Châtelet et de la fontaine Saint-Michel a imaginé ces élégants pavillons, dont il ne reste rien !

À l’époque, ils étaient réservés aux‭ ‬veuves‭ ‬de‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬ militaires‭ ‬‬et ‭‬de ‬fonctionnaires. Ainsi ce travail‭ ‬‬leur permettait de ‭‬percevoir ‬un‭ modeste ‬revenu.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Et c’est sur les Grands Boulevards que le premier kiosque a été aménagé. Petite révolution, les nouveaux kiosques sont dotés d’un système lumineux. Ils éclairaient la voie publique la nuit.

Cette visite guidée à Paris retrace les heures de gloire et l’histoire de la prese parisienne.

Pendant une quarantaine d’années après la loi Bichet, ni les hauts salaires des ouvriers (mais aussi des cadres !), ni les multiples grèves n’ont empêché les NMPP-Presstalis de prospérer.

Le tribunal de commerce de Paris vient de prononcer la liquidation de la société SAD, prestataire de Presstalis. Mais aussi le liecenciement forcé, des 512 travailleurs qui acheminaient la presse toutes les nuits.

Ainsi libérés, les grands groupes de presse cessent de participer à l’outil commun de distribution mis en place en 1947, avec pour argument mensonger le coût exorbitant de la distribution de la presse.